Retables et boiseries

Bustes de Touches, Mercurey

Objet : quatre bustes en bois polychrome (XVIIe siècle) classé MH
Localisation : église de Touches, Mercurey, Saône et Loire (71)
Attribution : Jean Dubois (Dijon, 1625 - Dijon, 1694)
Maître d’œuvre : Mairie de Mercurey
Traitement : restauration


Historique

L’église Saint-Symphorien de Touches conserve quatre buste en bois de chêne polychrome, du grand sculpteur dijonnais Jean Dubois (Dijon, 1625–1694) représentant le Christ, St Jean, roi David et Isaïe. Les bustes proviendraient de l’abbaye cistercienne de la Ferté-sur-Grosne dont l’église a disparue. L’attribution est soutenue par la ressemblance stylistique du buste d’Isaïe avec les bas-reliefs jadis réalisés par l’artiste pour les murs du chœur de l’église Notre-Dame de Dijon et maintenant mis dans la chapelle de l’Assomption.

Restauration

Un fort encrassement de poussières et de dépôts gras couvrait la couche picturale. Le prophète Isaïe, qui était le seul des quatre à ne pas être couvert par un vernis oxydé, présentait de nombreux soulèvements de la couche picturale. De petites lacunes de polychromie étaient visibles sur les quatre bustes.
La fine couche picturale des bustes, vraisemblablement réalisée avec un liant huileux sur une préparation blanche, n’est pas d’origine et pourrait avoir été appliquée au début du XIXe siècle. Des restes d’une chromie de couleur ocre sont visibles dans les zones lacunaires des bustes : il pourrait s’agir d’une polychromie en faux bois clair.

Les bustes sont sculptés dans des blocs de chêne obtenus par l’assemblage d’environ 1o parallélépipèdes de bois de cœur. Les assemblages sont bien conservés mais de petites fissures sont visibles.

Le nettoyage des poussières grasses incrustées a été réalisé sur la couche picturale avec un tensioactif en solution aqueuse et avec une solution chélatrice acide. Le vernis oxydé a été enlevé avec un mélange à polarité moyenne après avoir réalisé des tests de solubilité. Un insecticide liquide à base de perméthrine a été badigeonné sur l’avant et l’arrière du support. Les retouches ont été réalisées à l’aquarelle et avec des couleurs acryliques par tratteggio et par glacis successifs de tons. Une protection finale à base de cire microcristalline a été appliquée sur la surface picturale.