Retables et boiseries

Maître-autel de l'église San Francesco della Vigna à Venise

Objet : retable du maître-autel en bois polychrome (XVIe s.)
Localisation : église San Francesco della Vigna, Venezia (I)
Attribution des sculptures : Gerolamo Campagna
Maître d’oeuvre : Unesco, Ufficio di Venezia
Traitement : restauration, 2001


Historique

Le retable en bois imitant un arc de triomphe a été construit en 1569 pour remplacer un autel plus ancien. La typologie est semblable à celle des œuvres monumentales en pierre d'autres églises vénitiennes comme le maître-autel de l'église de Santa Maria Formosa du 1592.

Les deux statues en bois de Saint-François et Saint’Antoine (à l’origine Saint Bernardin) sont placées sur les côtés de l'autel mais devaient, au début, être entre les deux groupes de quatre colonnes. L'autel peut avoir été conçu par l'un des grands architectes de l’époque et les sculptures et les reliefs du Père éternel et de l'Annonciation sont attribuées au sculpteur Grirolamo Campgana (1549-1626). La polychromie de l'arrière est du XVIIe siècle et imite la pierre d'Istrie avec des effets de relief et des dorures simples. Les faux marbres du devant sont du XIXe siècle.

Restauration

Un dépôt considérable de poussière et de saleté s’était accumulé sur le retable à cause des problèmes d'entretien liés à sa hauteur. L'état de conservation de la polychromie était particulièrement préoccupant. La perte d'adhérence de la couche picturale au bois de support avait provoqué de nombreux soulèvements et des pertes de matière picturale. Sur les faux marbres les lacunes avec de vastes zones de préparation et de bois nuisaient à la bonne lisibilité de l’oeuvre. La polychromie du devant, datant de 1864, avait besoin d’un refixage presque complet.

Après le dépoussiérage et l’enlèvement des détritus, le refixage de la couche picturale a été effectué avec une résine thermoplastique diluée dans l’eau en employant une spatule chauffante pour aplanir les soulèvements. Les dépôts gras superficiels ont été enlevés avec un tensioactif en solution aqueuse en même temps que le refixage.

Les éléments désolidarisés des colonnes, assemblées autour d’une poutre centrale, ont été recollés. Les feuilles d'acanthe manquantes sur les chapiteaux ont été refaites avec de la cellulose en pâte sur une empreinte en silicone d'un original. La désinsectisation des bois a été effectuée en appliquant un insecticide liquide à base de perméthrine par badigeonnage et par nébulisation.

Étant donné le grand nombre de lacunes, il a était choisi de combler les lacunes avec un mastic pigmenté afin d'obtenir des surfaces neutres. Le bois apparent dans les lacunes de dorure a été nettoyé en faisant apparaître les fragments de dorures sous-jacentes. Les mastics à teinte neutre, les bois et les éléments refaits ont été équilibrés à l’aquarelle alors que les lacunes des hauts-reliefs ont été intégrées à tratteggio. Les polychromies et les dorures ont été protégées par la pose d’une couche de finition différenciée selon les surfaces.